bouton de retour vers le haut
Matoubrillant | Devis et impression en ligne

Pensez et créer sa charte graphique

Charte graphique

Nos conseils pour concevoir une charte graphique efficace !

#graphisme #couleurs #logo #typographie #conseilsdesign #créativité

La charte graphique est un support bien connu des départements créatifs, des graphistes, et métiers de la PAO. Moins technique qu’il n’en a l’air, ce document peut également servir à l’ensemble des collaborateurs d’une structure et doit être élaboré avec soin. Faisons le tour de ses fonctions, et voyons comment travailler cette fameuse charte graphique, sur le fond et sur la forme !

Charte graphique : définition et utilité

La charte graphique est un document recensant toutes les règles et éléments visuels qui définissent l’identité de votre marque ou de votre structure : un ensemble de “do’s and don'ts” (à faire et à ne pas faire) pour préserver votre image de marque. Grosso modo (mais nous y reviendrons en détails), il s’agit de votre logo, vos couleurs, vos typographies, types de visuels…

A quoi sert elle ?

  • A uniformiser vos supports, grâce à en ensemble de règles qui limitent la prise d’initiative d’un département à l’autre, entre vos canaux de communication, ou même dans le temps.
  • A guider vos prestataires, et notamment les agences et graphistes qui réalisent des documents pour vous. Elle vous sera nécessairement demandée comme base de travail.
  • A créer une image de marque puissante et cohérente. La charte graphique oblige à se poser les bonnes questions et à y répondre graphiquement : quelle image je souhaite renvoyer ? Quelles sont les valeurs et symboles à faire passer ?

Quels sont les éléments d’une charte graphique ?

De manière générale 

Sans détour, voici la liste des éléments généralement attendus dans votre charte graphique :

Le logo

Pièce centrale de votre identité, il sera apposé sur l’ensemble de vos supports, de votre site internet à vos bons de livraison… Concevez le avec cette contrainte en tête et mettez le en situation dans votre charte.

Pour aller plus loin, vous pouvez mentionner :

  • les règles d’apposition de votre logo (exemple : jamais sur un fond de couleurs),
  • les espaces de respiration (toujours laisser x mm. de part et d’autre),
  • les variantes en tailles et couleurs, et notamment la version “minimaliste” utilisée sur les petits supports ou en tant qu’icône pour le web.

Pensez aussi à montrer ce qu’il est interdit de faire avec votre logo ! L’objectif étant de préserver la lisibilité de votre marque.

Décliner son logo

La palette de couleurs

Les couleurs.

Elles sont intimement liées à votre logo, et souvent choisies en même temps. Généralement, on les trouve au nombre de trois : deux couleurs fortes et complémentaires qui évoquent votre univers, et une couleur “de soutien” souvent plus claire ou pâle quand vous souhaitez graphiquement “calmer le jeu”.

Pour aller plus loin : pensez à exprimer vos choix de couleurs, selon les supports sur lesquels elles seront appliquées : 

  • RGB ou RVB pour l’impression numérique (qui passent par un logiciel).
  • CMJN pour l’impression offset (ou les couleurs s’imposent les unes après les autres).
  • Hexadécimal pour le web (voir plus bas).
  • Pantones et tons directs, si vous avez des besoins spécifiques.

Les typographies.

Egalement appelées polices d’écriture ou font, nous vous invitons à en choisir deux (une classique “passe-partout” et une plus identitaire, différenciante). Elles devront être cohérentes avec vos produits et services alors oubliez le BOLD (gras) si vous faites dans la finesse, et bannissez l’italic si vous êtes dans le BTP (costaud on a dit ! #cliché). Pour aller plus loin : dans votre charte graphique, vous pouvez également mentionner les exceptions ! Peut-être est-il judicieux d’accepter une typographie originale mais temporaire pour vos temps forts, tels que Noël et la Saint Valentin.

Autres éléments.

Pour compléter votre charte, imaginez et pensez les éléments qui vont permettre d’identifier votre marque “sans en avoir l’air” ! Icônes, pictogrammes, filigranes ou paternes (motif qui se répète, à la manière d’un papier peint, souvent utilisé en arrière plan), “signature visuelle”, traitement des photos, etc. 

La charte graphique print

Les documents qui seront imprimés doivent être conçus en gardant en tête les contraintes de l’impression. Pour éviter les mauvaises surprises et que chacun y aille de sa fausse bonne idée, autant écrire ces contraintes dans votre charte graphique.

  • Attention à vous exprimer en “RVB” : 
  • C’est le mode colorimétrique compatible avec les logiciels de Production Assistée par Ordinateur (PAO), utilisés en atelier d’impression.
  • Il est également lisible par les machines d’impression numérique. Si vos couleurs s’expriment en Pantone par exemple, il faudra donner des équivalences. A ce sujet, si vous imprimez à très grande échelle (sur machine Offset notamment) et souhaitez réaliser des économies sur les “tons directs” (type Pantone), réduisez votre palette de couleurs à un petit nombre (ex : quadri + 1 ton direct seulement).
  • Incluez les différentes zones de sécurité, marges, débords qui sont attendus par type de document. Si les graphistes sont conscients de ses contraintes, certains services auront besoin d’être guidés pour réaliser des documents imprimables.
  • Si vous souhaitez imprimer sur des supports spéciaux (nervurés, transparents, etc.), ou travaillez des packaging, précisez des tailles de typographies minimales pour garantir la lisibilité ! Une recette imprimée en tout petit sur une opercule de yaourt, ça ne marche pas ;-) De même, pensez aux encres alimentaires si votre gamme de produits l’exige.

La charte graphique web

Que vous communiquiez uniquement via internet, ou que le web soit une vitrine supplémentaire pour votre activité, il faut formaliser votre identité graphique en pensant aux contraintes de l’informatique : 

  • Les sites internet sont codés dans un langage spécifique (HTML, CSS, Javascript, etc.). On exprimera alors certains éléments dans des unités dédiées, telles que :
  • Pixel ou pourcentage de taille d’écran pour exprimer les distances entre les éléments.
  • Hexadécimal pour exprimer les couleurs.
  • Sur internet (sur votre site, ou pour vos envois de newsletter), vous ne pouvez pas utiliser n’importe quelles typographies. Elles doivent être compatibles et lisibles par les navigateurs web. Pour cela mieux vaut s’en remettre aux grands classiques et utiliser des familles de police (“font-family”) : si la 1ère de la famille n’est pas lisible, le navigateur choisira la 2nde, puis la 3ème,...
  • Si vous avez un site internet, vous pouvez intégrer des règles graphiques pour les éléments qui le composent : taille, couleurs et arrondis de vos “boutons à l’action”, tailles des typographies pour les textes normalisés (balise H1, H2,...).

Les couleurs sur le web

Pour aller plus loin, vous pouvez également décliner votre charte en “mini charte graphique” pour les réseaux sociaux : format de post, longueur de légende, élément graphique différenciant dans un fil d’actualité, emoji récurrents, etc.

NB : quand vous imaginez votre charte graphique web, songez également que les téléphones portables sont de plus en plus utilisés ! Évitez donc de choisir des éléments peu visibles sur petit écran, des couleurs trop claires, des textes trop petits ou trop rapprochés, etc.

La charte graphique “Light”

Cette version minimaliste de la charte graphique vous sera utile pour plusieurs raisons : 

  • Les contraintes, personne n’aime ça. En remettant un document court à vos collaborateurs ou prestataires, vous maximisez les chances qu’il soit lu et pris en compte.
  • Son petit format facilite sa mise à jour et vous permettra de ne pas faire l’impasse sur les modifications que vous souhaitez apporter.
  • Imprimé, ce court document s’affiche et se consulte facilement : sur votre bureau il vous permet de voir en un clin d'œil quelles couleurs utiliser dans vos documents.

Concrètement, qu’est-ce qu’on fait ? Un document A4, A5 ou A6 en recto seulement, à glisser n’importe où. Logo, couleurs, typographies : on se limite au stricte minimum pour s’assurer qu’aucun faux pas ne sera commis !

Dernière précision : il ne faut pas confondre charte graphique et “plateforme de marque”. Cette dernière est beaucoup plus longue, elle inclut la charte graphique, mais pas que ! On y retrouve une expression du positionnement de votre marque (parmi la concurrence), une description des clients ou publics cibles, un “manifeste” si vous êtes engagés, des phrases types ou éléments de langage (à privilégier ou, au contraire, à bannier), des exemples de supports (publications sur les réseaux sociaux, newsletter, flyers type, affichage interne…).

Comment réaliser sa charte graphique ?

Le type de fichier attendu.

Si vous souhaitez partager une version numérique de votre charte graphique, mieux vaut remettre un document sous format .pdf (“Portable Document File”). Trois raisons à cela : 

  • Une fois "verrouillé", ce type de document est non modifiable. Cela évite de voir vos grands principes graphiques malmenés. Même en interne, l’un de vos collaborateurs pourrait changer une valeur (de couleur par exemple) par mégarde, et altérer l’image de votre marque.
  • Les documents .pdf ne souffrent pas de “déformation” d’un navigateur à l’autre ou d’un logiciel à l’autre, lors d’un envoi en PJ. Ainsi, vous êtes certain(e) que votre logo conserve ses proportions, comme tous les éléments “vectoriels” qui composent votre charte. Si vous n’êtes pas familier de ce terme, rendez-vous dans le lexique de l'impression.
  • Pour finir, le format .pdf est reconnu pour sa compatibilité avec l’impression. Ainsi, si votre format numérique est voué à passer sur papier, c’est lui que nous vous invitons à privilégier !

Logiciel à utiliser pour créer une charte graphique.

Dépendant de votre niveau d’expertise en design et PAO, vous pourrez utiliser un logiciel plus ou moins complexe. Petit tour d’horizon ci-dessous.

Photoshop et Indesign.

Si vous êtes aguerris, ces logiciels présentent un double avantage. Premièrement, la rapidité de création grâce à une myriade de raccourcis qui vous permettent d’être efficace en un temps record. Vous pouvez également créer et enregistrer votre propre palette et dupliquer ainsi vos jeux de couleurs, de calques, d’éléments graphiques. Deuxièmement, votre charte graphique n’en sera que plus précise car ces logiciels sont conçus pour faire dans la dentelle en termes de design : choix des pixels (pour la résolution), vectorisation, équivalences couleurs… Vous êtes certain(e) de “border” au maximum votre charte, qui parlera d’autant plus aux autres acteurs de la filière graphique.

La suite office

Les outils standard tels que Powerpoint et Word vous permettent également de travailler des versions simples de votre charte graphique (pensez à les enregistrer en .pdf ensuite !). Cependant, si vous pensez gagner du temps avec ces outils, ils ne sont pas initialement conçus pour ce type d’exercice... Nous vous les conseillons pour amorcer une première version de votre charte, ou si vos éléments graphiques ne sont pas d’une importance capitale dans la vie de votre entreprise.

Charte graphique - logiciel

Créer une charte graphique en ligne, gratuitement

Pour finir avec les outils qui vous permettent de créer une charte graphique, passons à ceux qui sont en ligne. Accessibles depuis internet, ils sont souvent intuitifs, collaboratifs, vous suggèrent des modèles et ont le bon goût d’être gratuits pour tout ou partie. Au rang de nos chouchous : Canva, qui vous propose des mises en page, et même des jeux de couleurs par thématique si vous n’êtes pas sûr(e) de votre bon goût ;-). On peut également citer Genially, ou encore la suite de Google (vous pouvez utiliser l’équivalent Powerpoint, appelé “Slides” ou bien “drawings”). 

Concluons cet article dédié à la charte graphique avec un point sur “qui fait quoi” ? Si vous avez la chance de compter un graphiste dans vos équipes, c’est à lui que revient cette mission. Si ce n’est pas le cas, vous pouvez vous en remettre à un prestataire externe, ou vous y coller en suivant les conseils et étapes que nous venons de vous donner. N’oubliez pas que la charte graphique est utile à tous les collaborateurs d’une entreprise et vous sert de “garde fou”. Incluez donc l’ensemble des services pour comprendre leur besoin (quels seront leurs usages de ce document ?) et vous assurer de leur adhésion !